le plus vieux pétard du monde retrouvé en Chine

Publié le par - iris -




Il faisait visiblement bon vivre dans le Xinjiang il y a 2700 ans... C'est en effet dans une tombe retrouvée dans cette province aussi rebelle que reculée de l'Empire chinois que se cachait le plus vieil échantillon de cannabis au monde.

L'équipe de chercheurs internationaux à l'origine de la découverte estime, dans le Journal of experimental botany, pouvoir affirmer que ce cannabis était cultivé et non sauvage. Et qu'il était cultivé non pas pour ses fibres mais bien pour ses vertus psychotropes, médicinales et/ou divinatoires. Il s'agirait de la plus ancienne preuve de l'utilisation psychoactive du cannabis dans le monde.


L'une des 2500 tombes retrouvées dans cette zone désertique est en effet celle d'un "shaman de type caucasien", issu de la culture Gushi, "âgé d'environ 45 ans" (ce qui pourrait amener certains esprits mal tournés à penser, vu l'espérance de vie de l'époque, que la plante conserve...) et enterré, entre autres, avec une harpe, un équipement d'archer ainsi qu'un bol et un sac en cuir contenant 789 grammes d'une herbe que l'on a d'abord cru être de la coriandre.


Ce qui aurait été dommage, car elle s'est finalement avérée être du cannabis sativa L, nom scientifique de ce que nous appelons aujourd'hui plus simplement "herbe". Si l'échantillon était encore vert sur certaines parties "il n'avait pas l'odeur typique du cannabis", précisent les chercheurs menés par le neurologiste américain Ethan B. Russo. On ne sait par contre si l'herbe était fumée ou ingérée, puisqu'aucune pipe n'a été retrouvée dans la tombe.

Conclusion des scientifiques: il y a 2700 ans "la culture Gushi cultivait le cannabis pour ses vertus pharmaceutiques, psychoactives ou divinatoires". Ce qui ne lui a pas forcément réussi puisque cette culture a disparu corps et biens.

Conclusion, plus terre à terre, d'un internaute du journal canadien The Star: "C'est une punition éternelle: être enterré avec un demi-kilo de cannabis mais rien à manger pour calmer sa faim."



source : rue89

Publié dans brèves de comptoir

Commenter cet article